Séminaire de l’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse Sur l’éthique de la psychanalyse

Les 18 et 19 octobre 2014

Dans ce temps où la psychanalyse est à nouveau contestée, dans une répétition qui n’a d’étonnant que sa forme inédite, il nous revient, à nous psychanalystes, de réaffirmer clairement ses fondements et sa pertinence.
Le séminaire de Jacques Lacan sur l’éthique de la psychanalyse a montré que celle-ci repose sur ce qui s’impose au parlêtre du fait de son aliénation langagière : l’objet est irrémédiablement perdu et de ce fait cause du désir.
De quoi Antigone, point d’orgue du séminaire, est-elle le symbole, sinon du symbolique lui-même. Cette fonction centrale du symbolique, à la fois aliénant et constituant du monde humain, voilà qui nous a paru intéressant à re-parcourir.
Re-parcourir les chemins qui ont permis à Lacan d’avancer cette formule c’est ce à quoi la lecture du séminaire « l’éthique » nous conduit.
Sur quoi Lacan se fonde t-il pour avancer dans l’Ethique de la psychanalyse, quel est son point de départ : Freud et les toutes premières sensations corporelles. Puis, à chaque pas il convoque les philosophes (Aristote…), Sophocle, les peintres, les traditions religieuses, la linguistique…En somme, tout ce qui de la culture spécifie la dimension humaine.
Seul « comme (il) l’a toujours été », certes mais bien accompagné. Ses trouvailles sont toujours marquées d’une retrouvaille.
L’objet est toujours déjà perdu, la représentation dans sa relation avec le principe de réalité, le signifiant, le désir incestueux, OEdipe, Antigone ….toutes références indispensables à la psychanalyse pour atteindre la spécificité humaine.
Relire un séminaire comporte une dimension d’appropriation singulière. A chacun de reformuler la théorie à sa façon, sauf à être contradictoire. Le « jargon » qui n’a d’autre fonction que de sceller un entre-nous du savoir n’est plus de mise si nous analystes ou analysants souhaitons faire oeuvre de transmission et donc mettre la psychanalyse à la disposition de tout un chacun qui le souhaite.

Valérie Marchand

Samedi matin 9h00-12h30

Présentation

  • Considérations actuelles sur l’éthique de la psychanalyse Anne Santagostini (Ex Errata)
  • Quelques paradoxes éthiques de la psychanalyse Nizar Hatem (Groupe d’Etudes Psychanalytiques de Grenoble)
  • Problématique de l’éthique de la psychanalyse Albert Maître (Groupe d’Etudes Psychanalytiques de Grenoble)

Ateliers

Samedi après-midi 14h-18h

Actualités de l’éthique

Jeanne-Claire Adida (Le Cercle Freudien)

Statut de l’objet dans l’éthique

Valérie Marchand (Errata)

Une question clinique

Monique Zerbib (Société de Psychanalyse Freudienne)

L’éthique et le désir. La pratique de l’analyse et le désir du psychanalyste

Stefania Guido (Sotto La Mole)

Ateliers

Dimanche matin 9h30-12h30

Séance plénière

Compte rendus des rapporteurs.

Discussion

Conclusion : A Maître


Lieu du séminaire :
Centre international de Séjour de Paris (CISP)
6 av Maurice Ravel 75012 Paris
Participation aux frais : 25 euros,
Pour les étudiants : 10 euros
Les chèques sont à établir à l’ordre de L’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse (I-AEP)

Pour plus d’information ou pour signaler votre participation vous pouvez joindre Nizar Hatem par mail: n.hatem1@free.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *