Transfert et lien social

Le GAREFP, (Groupe Antillais de Recherche d’Etude et de Formation)Psychanalytique, organise un séminaire IAEP (Inter-Associatif Européen de Psychanalyse)

Transfert et lien social

Dans toute culture, les relations humaines président à un vivre ensemble et font lien social à partir de l’inscription des sujets dans le langage, donc dans des discours.

Dans les sociétés antillaises, le lien social porte l’empreinte de la violence radicale de l’esclavage racialisé qui les a constituées.

Le malaise s’y exprime dans une parole qui se dérobe et ne tient pas, dans des relations marquées par la méfiance voire la disqualification de l’autre, avec une prégnance du scopique, du magico-religieux, de la violence et du passage à l’acte.

La référence à l’Histoire et à son déterminisme, suffit-elle à rendre compte des difficultés particulières du transfert dans notre clinique ?

Pouvons-nous entendre ces modes d’être comme des effets du discours capitaliste qui se caractérise par le démenti de la castration et de l’altérité ? Comme des effets de Réel non-inscrits dans la transmission ? Les mutations auxquelles nous assistons de manière plus générale dans nos sociétés contemporaines nous amènent  à interroger  la capacité du psychanalyste à occuper sa fonction,  à entendre les modalités du transfert, du lien social, des symptômes et du politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *