Arts, réel et psychanalyse

Séminaire de l’I-AEP organisé par le GEPG

Le Groupe d’Etudes Psychanalytiques de Grenoble propose la tenue d’un séminaire de l’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse à Grenoble en juin 2023. Le thème prévu par notre association porte sur les liens entre la création artistique et la pratique psychanalytique. Le séminaire inter-associatif viendra ponctuer un cycle d’élaboration propre au GEPG. La dimension inter-associative y participera par la mise en place de cartels dans le courant de l’année, cartels dont les travaux seraient transmis lors du séminaire.

Si créer une œuvre et la partager trouve de précises résonnances avec l’exercice d’un dire tel que la psychanalyse y invite, nous nous proposons de repérer les points de rencontre qui organisent ces résonnances. Par l’usage inédit des objets courants du désir, l’exploration des objets voilés qui le causent, par l’attention singulière prêtée au reste, et au détail, par un rapport à la jouissance nouveau, ordonné différemment que dans le lien social subverti par sa mise en scène, arts et psychanalyse se donnent la réplique.

Dans leur recours singulier au symbolique, les arts seraient-ils aussi à la pointe de ce que les psychanalystes cherchent à nommer de leur expérience, et du réel qui la conditionne ? Et si la création artistique traduit le réel dans un langage propre à la technique de l’auteur, ce travail de traduction prend une forme qui laisse place au féminin, entendu comme ce qui se distingue de la norme phallique et ne se prête pas à l’universel. De ces affinités avec l’immanence du féminin, et la crudité du réel, les arts partagent avec la psychanalyse l’exigence d’en suivre le dessin littoral – dessin dont le tracé impose un écart avec « la nécessité à laquelle veut nous condamner la lettre, en tant qu’émanation du sens ».

Mais si la création artistique se fait passeur de la dimension du réel encore faut-il qu’une parole en fasse acte. Qu’il s’agisse de la répétition symptomatique et de son élaboration, de l’altération de la jouissance et de la permanence de leur inscription, aussi affins qu’ils soient, arts et psychanalyse entretiennent quelques différences déterminantes. Nous pouvons attendre de ce séminaire qu’elles soient relevées avec rigueur pour mieux définir le statut radicalement nouveau de la psychanalyse dans la culture.

Ainsi, l’enjeu d’un tel séminaire s’annonce, encore, politique, puisqu’il s’agit dans une ouverture au public, de transmettre en quoi la psychanalyse, dans le destin qu’elle propose aux symptômes et à la jouissance se distingue d’une technique thérapeutique pour s’arrimer dans la culture d’une façon assurément originale et difficilement révocable.

A Grenoble les 3 et 4 juin 2023

Pour tout renseignement, s'adresser à :
nizar.hatem@gepg.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *